Projet pédagogique du Jardin d’Enfants (3/6 ans)

La structure maternelle est appelée au sein de l’établissement « le jardin d’enfants ». Elle accueille des enfants de 2 ans et demi à 6 ans. Cette structure a pour objectif de seconder les familles dans leur rôle de premier éducateur, en encourageant une implication active au sein de la vie de l’école.

Durant ce cursus, l’enfant sera immergé dans un contexte pédagogique permettant à l’enfant de développer l’ensemble de ses compétences cognitives et métacognitives, et s’appuyant sur les recherches récentes en neurosciences éducatives. Les outils pédagogiques de la maternelle seront principalement basés sur les travaux de Maria Montessori, dont la devise première est « Apprends-moi à faire tout seul ».

Les neurosciences éducatives ont confirmé ces travaux de Maria Montessori et révèlent qu’il y a plusieurs invariants pédagogiques (des principes incontournables) qui favorisent les apprentissages. En voici les principaux :

  • Qualité de l’environnement
  • Stimulation et autonomie
  • Mélange des âges
  • Sommeil et consolidation des apprentissages
  • Expression libre

La qualité de l’environnement

La classe est un lieu de vie qui favorise le développement complet de l’enfant au niveau spirituel, intellectuel et physique. La qualité de l’environnement se décline de diverses manières :

Un environnement humain porteur de la foi chrétienne

En tant qu’établissement chrétien, c’est une priorité que les enseignants et encadrants soient animés d’une foi vivante. L’adulte tend à être un exemple, à refléter la nature de Christ, et à regarder l’enfant selon le regard de Dieu.

Les temps spirituels se présenteront de trois manières : d’une part des temps individuels ou collectifs amenés spontanément au cours de la journée par un des enseignants (chant, lecture, etc.), d’autre part un espace dédié en libre accès pour le recueillement, la lecture, et autres activités initiées par l’enfant, et enfin un temps de regroupement pouvant donner lieu à un partage spirituel.

Un environnement verbal de qualité (langage)

L’adulte est très attentif à son propre comportement verbal et non verbal en présence des enfants. Il cherche à employer un langage riche et précis. Il évite de crier et de s’énerver.

Un environnement naturel.

L’enfant est régulièrement mis en contact avec la création pour y développer diverses interactions sociales et des compétences à visée écologique. L’environnement naturel est essentiel pour découvrir les merveilles de la création, par le biais du contact avec les plantes, le jardin, le potager, et les animaux dans leur environnement respectif.

Une organisation de classe adaptée aux besoins de l’enfant

Le matériel proposé est essentiellement inspiré de la pédagogie Montessori. Ce matériel porteur de sens est scientifique, sobre, et permet de travailler un apprentissage à la fois. Chaque activité est en un seul exemplaire. L’équipe enseignante accorde de l’importance à avoir du beau matériel dont les enfants apprennent à prendre soin.

Le matériel proposé permet à l’enfant de faire des expériences vivantes, réelles et dynamiques, afin de favoriser son engagement actif.

La classe est lieu lumineux, aéré qui permet le mouvement et le déplacement des enfants. Le mobilier, calqué sur la vie quotidienne, est adapté à l’enfant pour que le matériel reste accessible.

Pour éviter toute distraction et conserver un environnement de classe sobre, nous demandons aux parents de veiller à une tenue vestimentaire respectant les codes de l’établissement (cf. règlement intérieur).

Stimulation et autonomie

Le principe de l’exemple

Tout le matériel pédagogique mis à disposition des enfants fait au préalable l’objet d’une présentation individuelle par l’enseignant. Lors de la présentation individuelle de l’activité, l’enseignant montre à l’enfant le travail à réaliser, avec des gestes lents et précis. Ce dernier est libre de choisir là où il veut s’installer (sur une table ou au sol avec un tapis). L’enfant est ainsi stimulé et développe son autonomie.

Le principe de la répétition

L’enfant est libre de refaire autant de fois qu’il le veut les activités qui lui ont été présentées. Les expériences répétées permettent de renforcer les connexions neuronales qui se créent et favorisent l’estime de soi. Cette répétition est permise tant par l’accessibilité du matériel, que par la flexibilité temporelle.

Le principe de l’accompagnement bienveillant

Neurologiquement, l’enfant est « câblé » pour apprendre avec un adulte, et l’adulte l’est pour accompagner l’apprentissage d’un enfant. Cet accompagnement est bienveillant dans le sens où il n’est pas intrusif mais veille à permettre de progresser dans les apprentissages sans le laisser se décourager.

Le principe de l’évaluation positive

Par le processus de la répétition et l’accompagnement bienveillant, l’erreur est permise, nécessaire et se révèle un outil d’apprentissage. Le matériel pédagogique proposé permet à lui tout seul une auto-évaluation, laquelle fait ensuite l’objet d’un suivi individualisé des acquisitions par l’enseignant. Ni l’erreur ni la réussite ne donnent lieu à un jugement de valeur de la part de l’adulte.

Le principe de la stimulation équilibrée

L’enseignant veille à éviter toute surcharge cognitive, qu’il s’agisse d’une stimulation visuelle, auditive, ou intellectuelle. Par ailleurs, il favorise des lieux et des temps où l’enfant ne fait rien, afin d’initier ce que les neurosciences appellent le « mode par défaut », permettant au cerveau de remettre de l’ordre dans les informations engrangées. Enfin, pour répondre à son besoin de mouvement, l’enfant est invité à bouger en toute liberté dans la classe de façon harmonieuse et respectueuse.

Le mélange des âges

Afin de respecter les lois naturelles d’apprentissage de l’enfant, les classes intègreront des enfants de niveaux et d’âges différents, tout comme ils peuvent l’expérimenter dans la cellule familiale. Cette hétérogénéité permet d’intégrer un enfant venant d’un autre milieu scolaire, et de favoriser l’acquisition des compétences cognitives. L’enfant qui a acquis une compétence peut la partager aux autres et développer naturellement une forme de tutorat, afin de s’enrichir mutuellement. Enfin, l’école cherchera à développer ce mélange des âges jusqu’aux liens intergénérationnels (du bébé à la personne âgée).

Le sommeil et la consolidation des apprentissages

Le sommeil est inhérent aux mécanismes d’apprentissage. Durant le sommeil (court ou prolongé) le cerveau rejoue la partition neuronale de la séquence d’apprentissage qui a précédé (matinée ou journée), ce qui signifie que ce qui a été appris ou réalisé dans le temps précédant le sommeil est passé en revue par le cerveau afin de l’ajuster et l’optimiser.  Pour cette raison, un temps de repos est instauré en début d’après-midi afin de permettre aux enfants qui en expriment le besoin de dormir. Dans la logique de l’autonomie et de l’écoute de son rythme, un enfant aura la possibilité de prendre un temps de repos quand il en exprimera le besoin. Par souci de prolonger cette hygiène du sommeil à la maison, les parents sont invités à se questionner sur le rythme naturel de l’enfant, et à favoriser son respect.

L’expression libre

Favoriser des temps d’expression et de jeu libres, seul ou à plusieurs, est tout aussi essentiel pour le développement cognitif de l’enfant : constructions libres, rires, histoires inventées (déguisements, matériel pour fabriquer des tentes, cabanes, cachettes). Pour cela, une pièce attenante à la salle commune est prévue le matin. Dans cette lignée, les enfants ont la possibilité, quand les conditions le permettent, d’aller jouer dehors librement, ou d’aller y travailler avec leur tapis.

La dimension artistique, propre à l’expression libre, est développée par des ateliers divers au cours de l’année. Un espace est dédié à la peinture et au dessin. Une culture artistique est proposée en exposant l’enfant à des œuvres d’artistes (exposition de tableau dans la classe, visite de musée, rencontre avec des artistes contemporains) et à diverses pratiques artistiques.

Conclusion

Le respect de ces invariants pédagogiques qui forment des compétences cognitives, métacognitives et sociales contribueront à l’acquisition du socle commun de compétence demandée par l’éducation nationale. (Cf. document Socle Commun de Compétence).

Nous contacter

Vous pouvez nous laisser un message ici.

Texte illisible ? Cliquez pour changer captcha txt